CEP 11 - Chemins, où nous mènent-ils ?

L’épisode n’est pas encore enregistré. Vu le travail requis pour faire un bel épisode, il est probable qu’il soit repoussé. D’autant que j’aimerais vraiment des contributions. Songez à tout ce qu’un marcheur, randonneur et autre amateur de promenade pourrait dire ! En ce qui concerne ma partie, le chemin est un lieu littéraire et philosophique. On en trouve dans tous les romans classiques où l’on se promène, chez Balzac et chez Proust notamment.
Demander son chemin me semble être un point d’entrée. Egalement, être en chemin. Pourquoi philosophique ? Le mot méthode vient du grec ancien μέθοδος (methodos). Le chemin, contrairement à la route, n’est pas tout tracé, balisé. Ce n’est pas un lieu safe pour se rendre d’un point A à un point B. Il s’y fait des rencontres, comme sur une route, mais de façon inattendue : on se croit seul sur un chemin.
On ne pourra pas se passer sans doute du poème Chemins qui ne mènent nulle part de Rainer Maria Rilke et des textes de Heidegger intitulés en hommage au poète, il me semble.

Intervenants

C’est le genre de sujet, comme la fuite, où il me semblerait nécessaire et sympathique d’avoir des contributions autres que la mienne. Donc, si vous voulez participez, ne soyez pas timide, contactez le podcast.

Ressources

Chemins qui ne mènent nulle part, de Martin Heidegger (philosophie)
Poésies françaises, dont Chemins qui ne mènent nulle part, de Reiner Maria Rilke (poésie)
Mille chemins, un seul but, de Victor Hugo (poésie)
Les Travailleurs de la mer, de Victor Hugo (roman)
Du côté de chez Swann, de Marcel Proust (roman)
Champ de blé aux corbeaux, de Vincent van Gogh (peinture)
En attendant Godot, de Samuel Beckett
Le Monde en marche ! de Franck Michel (essai)
La Croisée des routes (site web)